Manger bio

Manger bio, est-ce plus cher ?

Tout d’abord, il faut savoir que manger, c’est la santé avant tout! Santé personnelle, santé publique, et santé de la planète. Quant aux coûts, on entend souvent que manger bio est cher. D’autres disent même qu’on ne mange que des graines ; ce qui est faux. On peut tout à fait manger bio et gourmand.

Bon, sans mentir, manger bio est plus cher. Si vous venez faire des courses dans un magasin Bio, vous verrez que le prix est 60 % plus cher. Cependant, il est possible d’y remédier à cela. Vous pouvez réduire la note en effectuant des petits efforts et quelques changements alimentaires.

Comment réduire la note ?

Analysons le prix des aliments dans un panier. Qu’est-ce qui coûte le plus cher ? Les réponses sont les produits transformés genres plats préparés, mais surtout la viande. En version Bio, vous aurez un prix encore plus cher. Dans ce cas, pour arriver à diminuer sa note, il faut commencer par réduire la consommation de viande et de produits transformés. En plus, manger 160 grammes de viande rouge par jour favorise le cancer de l’intestin… (Étude européenne).

Ainsi, vous pouvez par exemple remplacer la consommation de viande par des légumes. Il existe toute une liste, attention! Nous avons les pois chiches, les haricots, les lentilles, etc. Il ne s’agit pas ici de vous obliger à vous transformer en végétarien ou en végan, non ! Selon les médecins, vous avez le droit de consommer de la viande deux fois par semaine maximum. Cette quantité est, selon eux, est suffisante pour satisfaire les besoins du corps.

La seconde astuce : il est conseillé de manger 5 fruits et légumes par jour, mais pas n’importe lesquels ! Bio s’il vous plaît ! Sinon vous aurez droit à 5 fois plus de pesticides par jour et très peu de nutriments.

Attention ! Manger bio est moins cher sur le long terme

Le coût de production des produits non-bio, industriels est assez élevé. La cause en est simple. Ces produits nécessitent de beaucoup de pesticides. Bonjour la pollution des eaux et des terres. Et en parallèle, les normes Européennes, pour la protection de la faune et de la flore, poussent les producteurs à dépolluer leurs produits non bio, ce qui engendre aussi des coûts. Ça tourne un peu en rond, je sais, un paradoxe.

Le hic avec ces produits transformés réside en effet dans la réponse à la question : comment ils sont produits ! Réponse : grâce à des usines, des machines alimentées par de l’énergie. Si vous voulez avoir encore plus de détails, les produits transformés sont produits avec beaucoup de quantité de sucre, de sel, de graisses… et toujours du pesticide. Bref, de la pollution, et encore de la pollution. Et qui dit pollution, dit nécessité de dépolluer, beaucoup d’argents à dépenser.

Toutes ces lignes pour affirmer que la consommation non bio est chère à long terme. De plus, les risques de tomber malade s’accumulent. Être malade engendre un coût pour tout le monde.

Ainsi, naisse la troisième astuce pour baisser la note : pour avoir des défenses immunitaires robustes, il faut faire tout son possible pour manger des aliments sains. De toute façon, la nature est très bien faite comme on le dit ! Pourquoi se compliquer la vie ? Les meilleurs nutriments sont là !

Selon les saisons, il existe des produits bio qui renforcent notre santé. Par exemple, en hiver, avec le froid et tout, manger des produits bio remplis de vitamine C, évite à attraper un rhume ! Nous avons les oranges, les citrons, le pamplemousse, et même des légumes tels que les choux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top