La canicule : conséquences sur les abeilles

La canicule a-t-elle des conséquences sur les abeilles ?

Alors que le changement climatique devient le souci majeur des hommes, les abeilles aussi en souffrent. En effet, si l’hiver était la saison pendant laquelle les apiculteurs craignent pour leurs colonies, la canicule serait aussi néfaste pour l’apiculture et on craint fort pour ses essaims. L’apiculture est un domaine qui requiert un certain équilibre et une régularité confirmée, surtout quand il s’agit de climat, mais avec les bouleversements climatiques qui sévissent la planète actuellement, sa souffrance est encore pire.

Les abeilles et le bouleversement climatique

On constate une nette augmentation de cataclysme qui est due au réchauffement climatique : des inondations dans certains pays, une grande vague de froid dans d’autres. Mais l’apiculture aussi en souffre énormément et ce bouleversement climatique chamboule la vie de ces insectes, premiers gardiens de la biodiversité et de l’environnement. Ainsi, on remarque une baisse considérable des ressources nectarifères engendrée par une sécheresse importante avec laquelle certaines espèces risqueraient de disparaître.

Les provisions en pollen sont également perturbées puisque les floraisons sont devenues plus précoces, mais beaucoup plus éphémères. C’est aussi le cas pour les colonies qui n’arrivent pas à supporter la très forte chaleur, surtout pour la reine qui réduit de façon très palpable ses pontes.

Les meilleurs réflexes pendant l’été

Si les apiculteurs appréhendent l’hiver, l’été aussi est une saison qui connaît des perturbations actuellement, et il faut adopter certains gestes pour préserver son élevage apicole. L’apiculture en juillet doit s’accompagner alors de quelques rituels, entre autres le déplacement des ruches auprès des tilleuls, des champs de lavande ou à proximité des tournesols.

Il est aussi essentiel d’implanter des abreuvoirs à côté des ruches pour que les abeilles puissent se désaltérer, comme les rivières et les eaux de source ont tendance à tarir pendant cette période estivale. Pensez également à procéder à la récolte des ruches sédentaires juste avant que le mois de juillet finisse. Mais le mieux est d’adopter des dispositions à long terme en plantant des arbres et arbustes comme le tournesol, le tilleul et les lavandes, les plantes qui donnent des floraisons pendant cette saison.

Quand la canicule déstabilise l’apiculture

La très grande chaleur nuit fortement aux abeilles, comme l’indique l’article sur France 3 qui parle de la canicule de 2018, ayant causé la baisse de la quantité de la récolte de miel. Si les apiculteurs se battent encore contre l’abus de pesticide, mais aussi contre les préjudices causés par le varroa, voilà que la canicule fait aussi partie de leur souci. La sécheresse, la première conséquence de la hausse de la température, impacte également sur la vie des colonies.

En effet, une ruche a besoin d’environ 60 litres d’eau par an pour que sa colonie puisse survivre, mais l’aridité ne lèse non seulement les plantes mellifères mais aussi les essaims eux-mêmes et entraine ainsi une hausse de la mortalité chez ces insectes. Cette baisse de la production de miel affaiblit cette branche de l’agriculture, l’État, par le biais du Ministère de l’agriculture, a apporté son aide avec une enveloppe de 3 millions d’euros, mais il est temps de chercher des solutions plus…pérennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top